Berlin 2.0 : Andrea Brena


andra chaise



Andrea Brena, designer nous a fait l’honneur de répondre à nos questions afin d’expliquer son travail plus en détail. Vous pouvez voir ses oeuvres à la Gallery S. Bensimon au 111 rue de Turenne, 75003 Paris. 

Vous êtes un jeune designer…Comment voyez-vous votre carrière en tant que designer aujourd’hui ?

Quand on vous appelle “Designer” de plus en plus, c’est  peut-être que vous êtes l’un d’eux mais je préfère toujours dire que j’essaie d’être un designer. Je peux avoir  l’impression que j’en suis un, quand je réussi à avoir une action sur la vie de quelqu’un et que je donne du sens à ce que je crée. Je pense qu’un designer doit réellement observer et ne doit pas relayer uniquement sa vie et ses histoires. C’est un métier qui demande beaucoup d’observations et qui, par conséquence, déclenche beaucoup de réactions et d’émotions chez les gens. Cette dimension sociale et responsable m’inspire pour mes futurs projets.

En ce moment, essayer d’avoir de l’influence à l’échelle sociale stimule ma démarche pour « Knitted Army ». C’est ce qui maintient mon enthousiasme à travailler sur un projet comme celui-ci : sentir que vous êtes prêt du but jusqu’au moment où vous découvrez que vous êtes seulement au début de quelque chose d’inattendue avec un potentiel extraordinaire !

Il y a tellement de choses qui se passent actuellement et qui demandent à être approfondies…Je serai enchanté de les partager avec vous très rapidement.

Le “Toucher” a une place une importance dans ton travail…Peux-tu nous en dire plus ?

Dans mon travail, le toucher est ce qui définit l’identité de chaque objet. Utiliser mes bras et mes mains comme un outil traditionnel pour crocheter et tricoter les nœuds sur le tissu, faire en sorte qu’il y ait différentes tensions et tailles, donne une apparence à chaque fois particulière.

C’est aussi ce qui attire le plus la curiosité : ces moments où pendant des jours, je reste assis pour l’exposition dans des espaces publics. De là je peux observer tout ce qui se passe autour de moi. En prenant le risque de créer en public, j’ai pu avoir beaucoup de feedbacks et voir comment s’exprime la curiosité chez toutes sortes de personnes, des enfants et des adultes.

Lorsque nous regardons les objets, ils peuvent être perçus comme un projet esthétique, avec motifs et couleur. Mais en fait ces projets qui, en raison de leur nature même demande un certain labeur, peuvent se transformer en un outil utile. Il diffuse un message d’humanité, culturel et traditionnel.

Comment est née cette passion pour le crochet et le tricot ?

Je suis honnête quand je dis que je ne sais pas tricoter avec des aiguilles ! Tricoter et crocheter ne sont pas pour moi une passion mais j’ai trouvé en « eux » un vrai potentiel pour mes objets.

En Italie, beaucoup de passionnés utilisent le même matériel, mais pas seulement du tissu, tout ce qui passe par leur imagination !

Je trouve que l’idée d’utiliser son corps comme outil est très intéressante pour créer un « projet sans-outil ». Le projet grandit de plus en plus, changeant, évoluant toujours. Ce n’est plus la question du tricot ou du crochet désormais, mais la dimension sociale inhérente à mon projet qui donne un but aux gens.

Justement, tu en parles…il y a une réelle dimension sociale dans ton travail. Comment l’expliques-tu ?

L’aspect social est ce qui fait vivre « Knitted Army » : Être proche des gens en leur offrant du travail et un travail qu’ils peuvent faire facilement.

La nature de ce projet va être lié à son créateur, car chaque personne a sa signature avec son geste. Je crois que c’est l’engagement qui fera que les pièces peuvent être crées.

Avec l’objet, toutes les informations sur son créateur vont être attachés, comme si c’était une garantie ou un certificat, car c’est un objet fait à la main et chaque objet a une valeur humaine importante.  De cette façon, beaucoup d’informations sur le créateur sera collecté et se propagera.

Je travaille très dur pour que cela arrive et j’espère que j’aurais de bons résultats !

Merci Andrea ! 

andrea parle

andrea lit

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :